Emmanuel Béziat

Emmanuel Béziat

jeune développeur web perpignanais passionné de geekeries

je travaille chez Italic, une chouette web-agency à Paris

je fus également formateur web à l’IDEM, dans le sud plein de soleil

Windows 8 est très bien !

Boum, ma gueule ! Oui, j’attaque directement par la conclusion : j’ai toujours été mauvais en dissertations.

Plus sérieusement, très régulièrement il m’arrive sur de très nombreux forums de voir différentes aberrations sur la dernière mouture de Windows. Affirmations sorties du chapeau, croyances erronées véhiculées par les médias… Et si on y jetais un coup d’œil ?

Le cas Vista

Windows vista

Avant de commencer avec le cas Windows 8, je vais d’abord me pencher sur Vista et m’atteler tout d’abord à détruire un bon gros à-priori (à tel point que j’ai même la prétention de l’écrire en gras !) : Vista était un très bon OS.

Il n’a pas rencontré un succès marketing, c’est vrai. c’est le cas de beaucoup de bons produits/films/artistes/groupes musicaux/autres, et inversement, beaucoup de sombre nullités (c’est pour rester poli) ont droit à une adoration médiatique surcotée et totalement injustifiée. Et si les ventes n’étaient pas au rendez-vous, c’est pour quelques raisons que nous allons voir tout de suite.

Les incompatibilités

Le premier problème qui a été relevé, c’était de “nombreuses” incompatibilités matérielle et logicielles. En informatique, les technologies évoluent très vite, et Windows XP était sorti en 2001 avec une compatibilité pour du matériel antérieur. Évidemment, il a fallu faire des choix : rester en arrière et freiner l’avancée technologique, ou bien forcer un peu les choses. Le résultat fut un mélange des deux. Les promesses de ce qui devait alors être Windows Longhorn n’ont pas pu être toutes respectées, mais Vista partait néanmoins d’une toute nouvelle version du Noyau NT (version 6.0). De fait, les constructeurs de matériel devaient s’adapter à ce nouvel environnement et développer de nouveaux drivers.

Certains (nVidia, par exemple) se sont empressés de sortir des pilotes compatibles dès les premières developer preview afin d’être prêts lors de la sortie finale, alors que d’autres n’ont pas daigné se sortir les doigts du postérieur (ATI ou pire, Creative Labs qui a tout simplement longtemps refusé de rendre compatible son logiciel pour cartes son X-Fi). Résultat : les forums pollués de ‘Bouuh, mon matériel ne marche pas sur Vista, c’est un OS de merde’. Et voilà comment on fait une fausse réputation à un OS, alors que Vista embarquait, tout comme 7 et 8, un paquet incroyable de drivers et de jeux d’instructions de tous types afin d’avoir une compatibilité bien plus étendue que celle d’XP.

Le besoin de matériel puissant

Il y avait aussi une composante matérielle à prendre en compte. L’évolution du PC était au point mort depuis un bon moment. Comme XP tournait très bien sur de vieilles machines et que le 64bits n’était pas d’actualité (sachant qu’un Windows 32bits ne peut gérer - théoriquement - que 3,25Go de mémoire vive), il n’y avait pas de besoins supplémentaires. De fait, les ordinateurs en vente dans le commerce stagnaient depuis un bon moment à 512Mo de RAM en moyenne, et les processeurs double-cœur n’étaient qu’un jouet haut-de-gamme pour geeks avides de puissance.

Oui mais voilà, Vista avait besoin de plus de ressources, bien plus. Alors il a fallu changer tout ça, mettre un bon coup de pied dans la fourmilière, détartrer les usines et remettre les ingénieurs au boulot. En moins d’un an, les PC du commerce sont passés en moyenne à 2Go de RAM et le Core 2 Duo d’Intel était devenu la norme, le tout sans augmentation drastique de prix pour le consommateur. Si aujourd’hui vous pouvez faire tourner votre 7 adoré de manière fluide c’est parce que Vista est arrivé comme un patron, a posé ses bollocks (ou ses ovaires, personne ne sait si Windows est un mâle ou une femelle) sur le bureau. Ouais.

De plus, il avait le bon goût d’être disponible en 32bits et en 64bits. Si la seconde version a mis plus de temps à trouver son intérêt auprès de l’utilisateur final, ça a été une grosse avancée pour les constructeurs évoqués plus haut, qui se sont réellement penchés en masse sur le développement de drivers 64bits ; ce qui a largement servi à 7 pour s’installer confortablement, une fois le terrain bien préparé.

Pour ces deux cas, ce n’était PAS la faute de Microsoft.

La vraie grosse erreur de la firme, c’est d’autoriser la labellisation “Vista Ready” de machines trop peu puissantes, ce afin d’améliorer les ventes. c’est pour cette raison que Vista est apparu lourd, gourmand et lent.

Avancées de Vista

Il n’empêche que Vista a apporté, avec NT6, de nombreuses améliorations sur tous les fronts : gestion native de l’IPv6, l’UAC, WPF et WCF, gestion des profils IIS, architecture DotNET, reconnaissance vocale native, création de DVD, versionning de fichiers, chiffrement des données, synchronisation des périphériques, ReadyBoost, outils de réparation au démarrage, contrôle parental, et j’en passe des tout aussi biens.

L’arrivée de 7

Windows 7

En voilà un Windows qu’il a été bien accueilli ! c’est même le premier Windows à l’être. Ses ventes exceptionnelles sont un record absolu pour Microsoft : 100 millions de licences écoulées en 6 mois, 525 millions en deux ans. À titre de comparaison, Windows XP a s’est écoulé à 20 millions d’unités en 6 mois, et 400 millions en 6 ans.

Pourtant, il n’est qu’une évolution de Vista, puisqu’il est essentiellement basé dessus (Noyau NT6.1). Ce n’est en somme qu’un gros patch contenant quelques optimisations et la nouveauté principale : la “SuperBar”, ou la barre des tâches sur laquelle on peut épingler ses programmes. Au rayon des autres ajouts, on peut noter la prise en charge GPS, gestion des périphériques tactiles et de nouveaux raccourcis claviers.

c’est quand même bien moins fourni que Vista… Normal, puisque celui-ci a déjà fait tout le boulot.

Bonjour Windows 8

Windows 8

c’est donc naturellement que Windows 7 se devait d’avoir un successeur. À défaut de pouvoir réitérer l’exploit commercial de 7 (en sachant que le marché du PC s’essouffle désormais face aux smartphones et aux tablettes), il s’appuie toujours sur les acquis précédents (Noyau NT6.2 puis 6.3 pour Windows 8.1). On trouve encore quelques nouveautés et optimisations : prise en charge native de l’USB3, des téléviseurs 3D, montage natif des images ISO, interface ruban dans l’explorateur, meilleure gestion des transferts de fichiers, possibilité de rétablir les réglages d’usine, chiffrement des disques, meilleur versionning, gestion plus avancée du multi-écrans, sécurité accrue, nouveau gestionnaire de tâches, optimisation du démarrage, meilleur accès au matériel, synchronisation des paramètres, meilleure utilisation des profils…

Et ModernUI.

Et ModernUI, oui. Anciennement baptisé Metro, cette interface fortement décriée est sans doute la raison principale du rejet des utilisateurs : ‘c’est plus comme avant !’

Comme d’habitude, les gens s’empressent de tirer des conclusions hâtives, relayées par des médias dont ce n’est pourtant pas le domaine mais avides de ne pas rater le dernier scandale à la mode ; on peut lire ça et là que le bureau n’existe plus, que Windows 8 est uniquement pensé tactile. Avant même que l’OS ne soit sorti et que quiconque ait pu l’essayer, les jeux sont faits. Avoir une bonne réputation prend des années, une mauvaise prend cinq minutes. La “disparition” du menu démarrer trouble au plus haut point les utilisateurs, son remplacement par ModernUI dérange.

Comme pour Windows Vista, les troupeaux de réfractaires au moindre changement en font une publicité négative qui cartonne, avec des arguments aussi recherchés que 'Ouin, on peut pas s’en servir au clavier et à la souris’ (Faux), ‘Ouin, il faut 15 clics de plus pour éteindre son ordinateur’ (Faux), ‘Ouin il est trop instable’ (Faux), et autres déballage de mauvaise foi afin de justifier leur dégoût, comme si le simple fait de dire “je n’aime pas” n’était pas suffisant et qu’il leur fallait prouver qu’ils ont raison de ne pas aimer.

ModernUI est tout une interface, mais je ne m’étendrais pas dessus ; je m’en tiendrais à sa fonction de menu démarrer, pour des raisons de flemme et de sujet.

Les arguments débiles

Je lis tellement de bêtises sur le sujet que je ne peux résister à l’envie d’étaler devant vos yeux ébaubis une liste des arguments fallacieux, des trésors de mauvaise foi et des idées reçues totalement fausses qui reviennent le plus souvent :

“Le menu démarrer à disparu”

Non. Non, non, non. qu’Est-ce que le menu démarrer ? Sous Windows Vista/7, c’est une interface, accessible en cliquant en bas à gauche (par défaut) de l’écran (ou en appuyant sur la touche Windows), qui :

  1. Liste les applications épinglées par l’utilisateur, afin de les rendre accessibles d’un clic.
  2. Donne accès à un moteur de recherche global, accessible en cliquant dessus ou en écrivant directement l’objet de sa recherche.
  3. Donne accès, au moyen d’un clic sur “Tous les programmes”, à la liste des programmes installés sur le PC.

Et ModernUI, qu’Est-ce que c’est ? c’est une interface, accessible en cliquant en bas à gauche (par défaut) de l’écran (ou en appuyant sur la touche Windows), qui :

  1. Liste les applications épinglées par l’utilisateur, afin de les rendre accessibles d’un clic.
  2. Donne accès à un moteur de recherche global, accessible en cliquant dessus ou en écrivant directement l’objet de sa recherche.
  3. Donne accès, au moyen d’un clic sur une icône, à la liste des programmes installés sur le PC.

Ben merde alors, en fait c’est tout pareil ! Et oui, ami lecteur : le menu démarrer n’a pas disparu, ModernUI EST le menu démarrer !

“Windows 8 n’est pas ergonomique”

O, rly ? Pourtant, ce n’est jamais que Windows 7. Exactement pareil, avec un bureau et des icones dessus, une barre des tâches épinglable, l’heure en bas à droite, et des fenêtres qui se baladent. Et si vous mettez ma parole en doute, voici une [capture d’écran de de mon bureau]https://images.emmanuelbeziat.com/w8-screen.jpg “Windows 8 Bureau”){ target="blank" rel=“noopener” } (en petit, parce que quoi, vous voulez pas regarder mon dossier porno aussi non ?!). En quoi est-ce que ça change ? “Les menu en ruban” diront certains. Sauf que, en fait, cet affichage permet de gérer la plupart des options de fenêtres disponible auparavant via “Fichier”, “Édition”_, “Affichage”, sans pour autant avoir à ouvrir une multitude de fenêtres différentes. Ça s’appelle donc une amélioration, puisque le gain de temps, par exemple pour afficher les fichiers masqués ou les extensions, passe de cinq clics à deux (oui parce que vous allez le voir, le clic est très important pour le détracteur de Windows 8).

Peut-être parle-t-on alors de l’interface ModernUI ? Ça tombe bien, le point précédent montrait que l’utilisation “basique” est absolument identique à celle du menu démarrer. Pas davantage de clics, et même moins dans le cas de la liste des programmes puisqu’on n’a pas à ouvrir de sous-dossiers ici. Et comme le réfractaire est de mauvaise foi, il s’acharnera à prouver la contre-intuitivité des applications de ModernUI, qu’il ne va pourtant pas utiliser puisqu’il ne veut qu’un menu démarrer. Mesquin, va !

c’est cependant le point qui serait le plus critiquable, puisque ModernUI est loin d’être arrivé à maturité…

“Windows 8 est instable”

L’argument de mauvaise foi par excellence, avancé sans réelle recherche (à part ‘Mon ordi a planté, c’est la preuve !’) et qui contredit les benchs à ce sujet. XP a été décrié pour son instabilité notoire jusqu’au premier (voire second) Service Pack. Vista a lui aussi connu quelques problèmes. Windows 7 était un modèle de stabilité, basé sur la solidité acquise par Vista. 8 s’appuie sur 7. Rien de plus à dire…

“Windows 8 est bourré d’incompatibilités”

Comme je l’ai déjà évoqué tantôt, Windows Vista, 7 et 8 contiennent tout un tas de pilotes et d’instructions afin de garantir une compatibilité maximale. Le reste, c’est aux constructeurs / développeurs de le faire. Du reste, ce qui est compatible Windows 7 est foncièrement compatible Windows 8 (Même noyau !) ; si vous rencontrez une incompatibilité quelconque, il faut creuser pourquoi au lieu d’incriminer l’OS. c’est probablement la faute d’un drivers que vous auriez oublié d’installer…

À titre d’exemple (bien qu’une seule personne ne soit pas représentative, j’en conviens), depuis septembre 2011 (Date de sortie de la version Developer Preview), je n’ai rencontré aucune (j’insiste.) incompatibilité avec mes nombreux logiciels que sont la suite quasi-complète d’Adobe (Photoshop, InDesign, Illustrator, Dreamweaver, Premiere Pro, Captivate, After Effects…), 3D Studio Max, Zbrush, WinSCP, Visual Studio, uWamp, SmartGit, Reaper, Guitar Pro, Pod Farm, la suite Office (Word, Excel, Powerpoint, Outlook) ou la majorité de mes quelques 90 jeux sur Steam. AUCUN.

Je parle bien ici de compatibilité logicielle. Les drivers (ou pilotes), sont la jonction entre le matériel (langage machine) et les applications qui tournent sur l’OS ; les deux ne sont pas de même niveau, et les seconds se reposent sur les premiers. c’est pourquoi il est important que les constructeurs travaillent au développement de drivers pour chaque système ; c’est aussi pourquoi certaines applications peuvent ne pas fonctionner, dépendantes d’une ressource de plus bas niveau.

“Un Windows sur deux est mauvais”

Un vieux meme débile d’internet, récurrent, éculé, et faux. Faux car tout d’abord, il “oublie” des versions de Windows comme ça l’arrange pour que le petit tableau tienne la route. Faux ensuite parce que, comme je me suis tué à l’expliqué en début de ce long article, si 7 est un bon OS, Vista et 8 aussi puisque ce sont foncièrement les mêmes.

"Ils sont déjà en train de travailler sur Windows 9, preuve qu’ils veulent oublier 8 rapidement

N’importe quoi. Tous les Windows, à l’exception de Windows XP qui est resté cinq ans sans successeur, sont sortis avec deux à trois ans d’écart.

“Le marché du PC est en chute libre depuis la sortie de 8, c’est la preuve !”

Non, c’est la preuve que le marché des tablettes a trouvé sa cible. Les bonnes gens ont claqué 400 à 600 boules pour un smartphone qui leur permet de jouer à des petits jeux sans avoir à installer les saletés vérolées de Zinga. Ils peuvent avoir accès à leurs mails, à Facebook, aux images rigolotes, ils peuvent communiquer librement avec Skype et les SMS/MMS qui sont devenus gratuits et illimités, ils ont la vidéoconférence dessus et plus d’outils qu’ils n’en utiliseront jamais pour prendre, traiter et partager leurs photos et vidéos. Les plus pimp d’entre eux ont même acheté une tablette à 600 baluches pour faire la même chose sur un écran plus grand. Dans ce cadre là, sachant que pour une grande majorité leur utilisation d’un PC se limite à ces utilisations, au nom de quoi est-ce qu’ils iraient jeter 700€ supplémentaires pour un ordinateur ?

Le marché du PC perd du terrain face au mobile ; ça ne veut pas dire que les ventes chutent mais simplement que les parts de marché changent. Si en 2010 il s’est vendu 250 millions de PC (chiffres au hasard !) contre 10 millions de tablettes, et qu’en 2012 il s’est vendu 500 millions de PC et 300 millions de tablettes, la part de marché du PC a fortement reculé ; pour autant, les ventes ont grimpé quand même. c’est dingue ce qu’on peut faire avec des pourcentages (et c’est tout aussi dingue ce que les journalistes arrivent à leur faire dire !).

Ceux qui privilégient le bon vieil ordinateur sont ceux qui en ont un réel besoin (travail, jeux…) et ceux qui veulent rester dessus par confort ou habitude. Et pour ceux qui veulent de l’entre-deux sur un peu tout, il y a les smartphones un peu tablettes (les phablettes), et les tablettes un peu PC (hybrides divers) ; deux tableaux sur lesquels joue Microsoft avec Windows Phone 8, Windows RT, et Windows 8 (bientôt unifiés).

Tout ça en sachant que le marché du PC (j’englobe les Macs avec) a eu un gros boum récemment, et que beaucoup de monde en possède donc encore un presque neuf, ou à défaut, qui marche encore très bien ; là encore quel besoin d’en racheter un maintenant ? c’est couillon à dire, mais si aujourd’hui même chaque personne dans le monde achetait un ordinateur, ledit marché du PC serait en chute libre demain et pour au moins plusieurs mois. c’est juste mathématique.

Alors que vient foutre Windows 8 là-dedans ? OUI, c’EST ÇA : rien du tout.

“Ils l’ont dit à la télé, Microsoft va mal !”

Passer de 13 milliards de chiffre d’affaires à 70 milliards en moins de dix ans… Je voudrais bien aller aussi mal, et de nombreuses entreprises aussi !

“Il a été pensé pour le tactile, alors c’est la plaie avec une souris”

Sérieusement ? Si taper sur un bon carré bien fat avec vos gros doigts boudinés et graisseux est possible et facile alors comment, par Jupiter et ses roubignoles, serait-il possible de ne pas réussir à cliquer dessus avec le pointeur ultra-précis de votre foutue souris gamer laser à 3000 dpi ?! J’attends encore des exemples concrets d’utilisation difficile, parce que je n’en ai encore rencontré aucun. Jamais quelqu’un qui m’a sorti cet “argument” n’a été fichu de me donner le moindre petit cas complexe d’utilisation à me mettre sous la dent.

Inadapté, ça se discute. Difficile, non.

“Il se vend mal, c’est la preuve !”

Jusqu’à maintenant et sur une même échelle de temps, il se vend mieux que Windows XP et Windows Vista en leur temps. Encore une fois, 7 est un record et un cas d’école, pourtant 8 n’est pas loin derrière : 240 Millions de licences écoulées en 12 mois pour le premier, 200 millions en 15 mois pour le second. Un échec cuisant, en effet…

“Il faut plus de temps/clics pour faire des choses simples”

Mon préféré. c’est bien connu, les feignasses qui passent onze heures par jour sur Facebook sont très économes du clic, c’est tellement important de gagner une millisecondes et d’économiser un mouvement de doigt ! Non, ne riez pas : un clic perdu pour faire une tâche, c’est un clic qui n’est pas utilisé pour chercher du porno ou du lolcat ! c’est über-important !

Je pourrais en rajouter davantage pour montrer à quel point la réflexion est stupide, mais soit. Observons deux papillons les procédures standards sous Windows 7, comptons le nombre d’actions et de clics, et comparons avec Windows 8.

Lancer un programme du menu démarrer.

Windows 7 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer
  3. Diriger sa souris vers un programme épinglé
  4. Cliquer

Windows 8 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer
  3. Diriger sa souris vers un programme épinglé
  4. Cliquer

Verdict : Stricte égalité (je déconnais pas quand je disais que c’était pareil).

NB: Dans les deux cas, on peut aussi appuyer sur la touche Windows et enlever un clic et un déplacement de souris !

Lancer un programme dans la liste des programmes installés

Windows 7 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer
  3. Diriger sa souris vers “Tous les programmes”
  4. Cliquer
  5. Scroller dans la liste des dossiers pour trouver le dossier
  6. Déplacer le curseur vers le dossier du programme
  7. Cliquer pour ouvrir le dossier
  8. Déplacer le curseur sur l’icone du programme
  9. Cliquer sur le programme

Windows 8 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer
  3. Diriger sa souris vers “Tous les programmes”
  4. Cliquer
  5. Déplacer sa souris vers le programme
  6. Cliquer sur le programme

Verdict : Gros avantage Windows 8.

Éteindre le PC (oui, il y a des gens qui me soutiennent que c’est plus compliqué sur W8 !)

Windows 7 :

  1. Appuyer sur le bouton Power

Windows 8 :

  1. Appuyer sur le bouton Power

Verdict : Are you fucking kiddin’ me ?!

Redémarrer le PC (ou éteindre via le menu, mettre en veille, etc)

Windows 7 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer
  3. Diriger sa souris vers la petite flèche à coté de “Arrêter”
  4. Cliquer
  5. Déplacer sa souris vers la fenêtre de choix
  6. Cliquer sur le choix

Windows 8 :

  1. Amener son curseur en bas à gauche de l’écran
  2. Cliquer avec le bouton droit (OMG, tant de difficulté dans ta vie !) pour ouvrir un menu contextuel
  3. Diriger sa souris vers “Arrêter ou se déconnecter”
  4. Cliquer
  5. Déplacer sa souris vers le lien du choix
  6. Cliquer sur le choix

Verdict : Stricte égalité

Bon, oùkèlé la grosse perte de temps et de clic ?

“On est obligés d’avoir un compte Microsoft”

Non. On peut utiliser n’importe quel compte, même Yahoo, Gmail ou autre. Le compte Microsoft n’a d’intérêt que pour utiliser le store Microsoft de ModernUI.

“Il faut obligatoirement entrer un mot de passe”

Inexact. Dans le cas d’un compte local, on peut se connecter sans aucun mot de passe. Dans le cas d’un compte synchronisé, on peut utiliser au choix un mot de passe, un code pin, ou une image-code.

“Il y a plein de sujets de gens qui ont des problèmes avec sur les forums”

Ça, c’est ce que j’appelle l’effet Iceberg. Il y a énormément plus de sujets concernant des problèmes avec Windows 7 puisque celui-ci est présent depuis plus longtemps. Donc la plupart des gens qui ont un problème dessus vont trouver une réponse existante à leur question ou leur problème. Il y a encore régulièrement des sujets de problèmes avec d’autres OS, du reste. Mais c’est une partie que les gens occultent souvent.

Effet Iceberg

De plus, fait intéressant, quand un utilisateur sous Windows 7 expose un problème quelconque, les autres cherchent des causes probables (défaillance matérielle, drivers, etc.) ; quand un utilisateur sous Windows 8 expose un problème quelconque, les autres mettent directement en cause l’OS, sans chercher de causes. Étrange, hein ?

Edit du 8 février 2014 L’un de mes YouTubers préférés, Bruce Benamran (sa chaine “e-penser”), a publié récemment une vidéo sur l’effet cigogne (ou post hoc ergo propter hoc pour ceux qui aiment se la péter dans diverses langues mortes dont tout le monde se fout), qui décrit assez bien le problème. Outre la vidéo (que je vous mets ci-dessous), j’en profite pour vous recommander sa chaine, elle déboite les rotules à mémé.

Conclusion

Entendons-nous bien, il n’est pas ici question de vanter les mérites de Windows 8 au profit d’un autre OS qui vous conviendrait très bien, que ce soit un Windows, OSX ou une distribution Linux. Si vous êtes satisfait de votre Windows 7, restez-y : il est très bien, tout à fait valable, moderne, puissant et tout ce qu’on veut. Windows 8 est une évolution intéressante, pas une révolution.

Non, le but est surtout de dire aux gens (enfin, aux deux mecs qui passaient là par hasard) d’arrêter de vouloir le défoncer à tout prix. De montrer à ceux qui le conspuent qu’ils se basent sur du vent et que s’ils avaient fait l’effort d’arrêter leur petit caprice pour tester réellement l’OS, ils ne cracheraient pas dessus à ce point. La preuve la plus flagrante se trouve sur les forums d’informatique : ceux qui ne l’aiment pas sont principalement ceux qui ne l’ont pas ; les autres s’en sont - en très grande majorité - très bien accommodés et le recommandent à tous.

Pour finir, une petite remarque sur l’accueil des nouvelles versions du système de Microsoft : chaque nouveau Windows est décrié. Windows 7 a été la seule exception depuis Windows 95. À chaque cycle, la rengaine est la même :

  • Sortie de Windows XP → “Bouuh, interface Fisher-Price, rendez-nous les fenêtres grises carrées et le menu démarrer comme 98 !”
  • Sortie de Windows Vista → “Bouuh, interface Bling-bling, rendez-nous les fenêtres bleues et le menu démarrer comme XP !”
  • Sortie de Windows 8 → “Bouuh, interface Fisher-Price, rendez-nous les fenêtres transparentes et le menu démarrer comme Vista/7 !”

Ce que les gens détestent de prime abord, ils le défendront bec et ongles lorsqu’on voudra le leur enlever.


Il en parle aussi

Je viens de trouver grâce à un internaute de Clubic une autre diatribe du même acabit, que je note ici pour l’avoir sous la main, et aussi pour vous la faire partager : 'Windows 8 : mes impressions après quelques mois d’utilisation’. Haters gonna hate.